Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Toutes vers Rio #4 Olivia Borlée, sprinteuse belge.

Son nom vous dit peut-être quelque chose…
Olivia a tout simplement 8 titres de Championne de Belgique sur 100 et 200m, un record de 11.39 au 100M et de 22.98 au 200M. Vous connaissez très certainement ses frères : Jonathan, Kevin et Dylan…  Une famille dans le top mondial entrainée par leur papa, Jacques Borlée. Nous sommes d’accord, il y a des gènes de champions dans la famille Borlée. Ils n’ont qu’un seul et unique objectif : #Rio2016 en famille !
Elle nous raconte :

1413555

Qui se cache derrière Olivia ?

Je suis quelqu’un de sensible, naturelle, ambitieuse, un peu trop perfectionniste. Très soucieuse de ma famille. Je suis passionnée de mode et d’architecture.

À quoi ressemble une de tes semaines d’entrainements ?

Chaque semaine est différente heureusement. J’ai en moyenne 7 à 8 entrainements semaine, 3 séances de kiné, et en fonction de mes horaires d’entrainements, je jongle avec mes projets perso en stylisme. Repos athlétique le dimanche.

Avoir une famille qui a toujours baignée dans l’athle, ça inspire ?

Mes parents ne m’ont jamais poussé à faire de l’athlé mais ils m’ont inévitablement inspiré, j’ai toujours été très fière de ce qu’ils avaient accompli sur le plan sportif.

Partager ses entrainements avec tes frères et ton père, qu’est ce que cela représente pour toi ?

C’est une chance énorme de partager cette passion avec ma famille, on s’amuse beaucoup, il y a une émulation très positive entre nous. Je suis persuadée qu’on est plus fort ensemble.

Quel est ton rituel d’avant compétition ?

Si la competition est le soir : Une journée relax ou je fais tout pour me changer les idées et éviter le stress (film, lecture, musique) un petit jogging en fin de matinée pour ne pas rester inactive. Je rentre doucement dans ma bulle à partir du moment ou j’enfile mes vêtements de competition. Ensuite je deviens un peu asocial jusqu’a ma course. je fais environ 1h d’échauffement avant la call room. J’ai mon rituel d’exercices pour l’échauffement mais je laisse toujours de la place à l’adaptation, chaque stade d’échauffement est différent et c’est important de pouvoir moduler ses habitudes.

Comment arrives-tu à rester motivée ?

J’aime profondément ce que je fais, je me dis que j’ai une chance énorme de mener cette vie. J’ai la chance d’être bien entourée par mes proches.

borlee-together

Que représente ta médaille Olympique ?

Je n’y pense pas souvent. Mais c’est sans aucun doute le plus beau moment de ma carrière. Ca m’a fait énormément grandir, j’ai lié des liens forts et précieux avec les 3 autres filles.
Ce qu’on ressent lors d’un moment pareil est indescriptible, j’ai encore des frissons chaque fois que je vois cette course. J’ai des souvenirs encore très précis de mes sensations durant la course. Je me souviens de ma fierté et des cris de joie quand j’ai levé le drapeau belge, des larmes quand je suis venue à la rencontre de mes proches dans le stade. J’ai par contre très peu de souvenir sur le podium, je crois que j’étais juste sur une autre planète.

Comment vois-tu #Rio2016 ?

J’envisage Rio très sereinement. C’est un challenge excitant qui me donne l’envie de me dépasser chaque jour. Ce sera l’accomplissement d’un objectif important dans ma carrière tumultueuse.

Tu es en train de travailler sur un projet avec Elodie Ouedraogo, peux-tu nous en parler un peu plus ?

Je ne manquerai pas de vous envoyer le communiqué de press d’ici 3 semaines mais pour le moment je ne peux pas en dire plus. Stay tuned !

Un dernier mot pour nos lectrices ?

Croire en ses rêves et se donner les moyens de les réaliser.
Savoir se faire mal pour repousser les limites mais prendre aussi le temps de se féliciter du travail accompli.
Et surtout prendre du plaisir dans ce qu’on fait.

Un grand MERCI à Olivia, bonne route pour Rio !
Une route que nous allons suivre de très près
comme nous avons toujours suivi cette famille (:

Pour la suivre : site / facebook / instagram 

credit photo:  Filip Van Rose

 

share
0
3 Responses