Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Sport & études aux États-Unis

Envie de partir aux États-Unis pratiquer votre sport?

Vous ne savez pas quoi faire après votre bac? Vous êtes passionnés de sport? Vous rêvez de vivre le rêve américain? Cet article est pour vous. De plus en plus de Français franchissent le pas et en effet pour attirer les étudiants sportifs, les universités américaines n’hésitent pas à offrir des bourses couvrant la moitié, voire la totalité de la scolarité. Eugénie Hue est partie en 2014 à Newark vivre son rêve américain et a gentiment répondu à toutes nos questions. On vous laisse découvrir ses réponses qui nous donnent nous aussi envie de partir à l’autre bout du monde, d’enfiler nos pointes et de vivre cette expérience incroyable!

 

sport etudes usa

Peux-tu te présenter en quelques mots? 

Je m’appelle Eugénie Hue, j’ai 21 ans. Je suis originaire de Cherbourg, Normandie. Depuis 12 ans, je suis licenciée dans le club de Cherbourg: NCA (Nord Cotentin Athlétisme). Lors de ma première année cadette, j’ai rejoint le groupe de demi-fond de Thierry Taillandier. En 2011, j’ai participé à mes premiers championnats de France sur 400m. En 2013, je décroche le titre de vice-championne de France Junior du 400m et un record de 56″49. Un an après, je décroche à nouveau la seconde place aux Championnats de France au 400m avec un nouveau record établi à 55″51. Pendant mes années cadets-juniors, j’ai également participé à trois championnats de France de cross et à trois championnats de France indoor. J’ai eu mon baccalauréat section scientifique en juin 2014. En septembre 2014, je suis partie aux Etats-Unis où j’ai intégré l’équipe d’Essex County College à Newark (New-Jersey). Je suis actuellement en « Associate Degree of Physical Education« . J’obtiendrai mon diplôme en juin prochain.

Qu’est-ce qui t’a motivé à partir aux États-Unis?

En 2011, lors des championnats de France, une première organisation américaine m’avait proposé de faire des études aux USA, en associant l’athlétisme. Etant encore jeune, je ne m’étais pas attardée sur la question. Pendant ma première, je n’avais toujours pas d’idée sur la suite de mes études. Je commence alors à me renseigner sur l’idée de partir: j’en parle à ma famille et à mon coach. Je ne savais pas quoi faire, après le Bac en France et l’idée de partir vivre l’expérience Américaine me plaisait de plus en plus. Cela me permettait de me laisser une année de plus pour réfléchir sur mes études et c’était, pour moi, une belle occasion d’apprendre l’anglais.

Es-tu partie grâce à un organisme? As-tu accès à une bourse?

Oui, j’ai fait appel à une organisation, Sportif Consulting. C’était indispensable pour toutes les démarches administratives (test d’anglais, traduction des bulletins de notes, visa, renseignements, etc…) et indispensable pour démarcher les écoles américaines. Plusieurs coachs étaient intéressés par mon profil et m’ont proposé une bourse. J’ai donc eu le choix de quelques écoles: Mississippi, Kansas ou encore New-Jersey. J’ai choisi Essex County College, Newark (NJ) pour sa géographie qui est proche de New-York. Je suis à environ 30-40 min de métro du centre de Manhattan, et ça c’est le bonheur !! Je suis tombée amoureuse de l’atmosphère New-Yorkaise. Ma bourse contient les frais de scolarité qui sont très onéreux. Elle contient aussi mes frais alimentaires et une partie de mon logement.

Quelles sont les conditions pour être accepté(e) dans une université américaine? Quel était ton niveau d’anglais avant de partir?

Les performances sportives priment. Les coachs recherchent de bons athlètes pour monter une équipe performante. Les résultats scolaires sont également importants. Ma mention « assez bien » au bac était suffisante pour accéder aux écoles. Il n’est pas nécessaire d’être bilingue pour décrocher une bourse. J’ai eu 9 au bac d’anglais ainsi que des résultats très bas au TOEFL et au SAT: mon anglais était très rudimentaire. Mon anglais m’a fermé les portes de grosse université, comme des universités NCAA. Mais les « community college » (ou « junior college ») acceptent un niveau d’anglais plus bas. Les community college proposent des « associate degree » qui sont des programmes de deux ans. Ensuite, il y a possibilité de transfert dans une plus grosse université pour faire deux autres années et valider un bachelor. Pour ma part, ma première année à Essex était adaptée avec uniquement des cours d’anglais pour me mettre à niveau. Tous les cours sont en anglais, nous n’en sommes pas dispensés. Etant entouré d’anglophones, l’adaptation se fait assez rapidement.

Equipes Essex New-YorkFootinc central-park

Comment se déroule ta semaine?

Chaque semestre les cours et horaires d’entrainements changent. Les entrainements sont du lundi au jeudi. Pendant la saison cross, indoor ou outdoor nous avons des compétitions chaque weekend. De septembre à décembre, mes entrainements sont à 16h. Les cours peuvent être le matin et/ou le soir. L’avantage du cursus américain est que ce sont les étudiants qui créent eux même leur emplois du temps avec les horaires de leur choix et le professeur de leur choix. Un même cours est proposé plusieurs fois dans la semaine, à différents horaires et enseigné par des professeurs différents. Donc si vous préférez dormir le matin, vous pouvez organiser votre emplois du temps avec des cours l’après-midi ou le soir. Ce semestre, mes entrainements sont à 13h. J’ai donc cours de 8h30 à 12h30 du lundi au jeudi. Avec un cours de 18h40 à 21h20 le mardi soir et un cours de 2h le mercredi après-midi. Et pas de cours le vendredi !

Quelles sont les différences au niveau de la pratique de l’athlétisme entre la France et les USA? Qu’est-ce qui t’a le plus surpris dans les méthodes américaines?

Les coach américains aiment nous faire courir! Lors d’une journée de compétition il est normal de courir deux-trois courses et un relais. Les journées chargées en compétitions sont assez surprenantes au début et peuvent parfois faire peur. On se demande comment peut-on être à 100% de nos capacités avec autant de courses. On s’adapte très vite, et quand on finit une longue journée avec un relais et bien on trouve toujours de l’énergie pour faire briller l’équipe. Les entrainements sont également bien chargés avec des plus grosses séances, surtout au niveau du kilométrage. Les écoles sont très bien équipées pour la récupération: sauna, hammam, salle de cryothérapie, kinésithérapeutes, etc.. Dès qu’on a le moindre « bobos », quelqu’un s’occupe de nous.

Quel bilan tires-tu de cette expérience?

C’est une expérience riche dans tous les domaines ! Déjà pour la langue, cela m’a permis d’apprendre l’anglais ce qui est déjà un énorme point. C’est aussi la découverte d’une culture différente de la nôtre: il faut vivre le « American Dream » !! New-York est une ville très internationale, on côtoie des gens du monde entier et le brassage des cultures est super enrichissant. L’état d’esprit est beaucoup plus ouvert, beaucoup plus « cool » et moins prise de tête. C’est une expérience humaine, qui m’a permis de grandir et de vivre des choses que jamais j’aurais vécu en France.

Qu’est-ce que tu conseillerais à celles et ceux qui n’osent pas se lance dans cette aventure?

Lancez-vous !! Surtout ne vous mettez pas de barrières avec l’anglais !! On ‘s’y adapte très vite et les américains sont toujours là pour vous aider! Le système scolaire est vraiment adapté aux athlètes. Tout est fait pour que vous réussissiez dans le domaine scolaire et sportif! On représente l’université donc on nous chouchoute énormément. Et les américains adorent les « Frenchy » ! C’est une expérience que je souhaite à tout le monde ! Si vous avez l’occasion de la vivre un an ou plus, venez la vivre!

Championnats national de cross 2014

share
0

No Comments Yet.