Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Pour le plaisir

Comment ma pratique a-t-elle évolué ?

Pour revenir à mes débuts: j’ai commencé l’athlétisme très jeune, en école d’athlétisme pour être exact (quand l’athlétisme ressemblait aux balles aux prisonniers et éperviers). C’est en 2011 que j’ai rencontré un coach qui m’a fait aimer la compétition, jusqu’ici je pratiquais pour le plaisir sans recherche de performance. J’aimais courir, j’aimais lancer, j’aimais sauter mais la compétition ne m’attirait pas plus ça. J’ai intensifié mes entrainements (je suis passée de 2/3 entrainements à 4/5 en étant régulière et en ne trouvant plus aucune excuse pour rater un entrainement), j’ai connu mes premières blessures: une désinsertion de l’attache haute du biceps fémoral, élongations, tendinites… j’ai connu des préparations hivernales/estivales: un programme de musculation, des séances lactiques… mais j’ai surtout connu les sensations de fierté. Quand tu bas ton record quand les chronos descendent très rapidement (j’ai perdu une seconde sur mon chrono au 100m en 1 an). Bref, ma pratique a complément changé le jour où ce coach m’a montré une autre facette de l’athlétisme. Et pour cela je le remercie.

En 2013-2014, j’ai connu une année sportivement et mentalement très compliquée. J’ai poussé mes limites et ma pratique trop loin. J’étais devenue une sorte de robot qui allait à l’entrainement à reculons. Sans rentrer dans les détails (car aujourd’hui je n’en veux à personne) je m’étais installée dans une bulle négativeJe ne pratiquais plus l’athlétisme pour le plaisir mais pour la performance. « descendre le chrono, battre X ou Y« . Au cours de la saison, j’étais venue à me poser la question à savoir si j’aimais toujours courir, si il ne serait pas plus intelligent de changer de sport (les sport co me faisaient de l’oeil). Mais j’ai quand même fini la saison et j’ai surtout fait échouer un relais aux Frances puis encaissé un autre échec: être mise de coté à la dernière minute sur le relais élite et enfin quelques semaines après j’avais la cheville dans le plâtre. Verdict: fracture de la malléole externe et entorse grave en faisant un footing sur du plat et sans choc (oui oui, ce n’est pas un hasard tout est lié). Vous vous posez des questions sur votre pratique? vous êtes démotivées, vous ne vous sentez plus à l’aise dans votre groupe: un conseil appuyez sur pause et parlez. Votre corps encaisse les pensées et expériences négatives. Est-ce vraiment utile de prendre des risques de finir avec une fracture de fatigue? non. Est-ce utile d’en arriver là pour la pratique de votre passion? non.

toutes en baskettoutes en basket pegasus 33 toutes en baskettoutes en basket

Après deux ans où je n’ai pas pris un seul départ en compétition, avec Laurina nous avons décidé de mettre fin à notre collaboration avec le coach qui nous a beaucoup appris. De mon coté, j’ai intégré un nouveau groupe avec un nouveau coach. Je m’entraine aux cotés de futurs espoirs de l’athlétisme et de Véronique Mang, médaillée olympique. Je les écoute et prends notes de leurs expériences, de leurs conseils. Non, je ne compte pas devenir une athlète de haut niveau, mais pour ne rien vous cacher, je réapprends à courir. D’abord pour le plaisir, les sensations et les performances (à mon niveau) viendront ensuite. Et ça c’est le plus important!

Je vous souhaite un bon weekend!
Elsa #enBasket

Débardeur DomyosShort Nike soldé!Brassière NikePegasus 33 Nike

share
0
6 Responses
  • Margaux Lifestyle
    07 . 10 . 2016

    Je pense qu’il n’y a rien de plus important que de prendre du plaisir dans sa pratique sportive… Sinon on va droit dans le mur ! Et comme tu le dis, le plaisir d’abord, les performances ensuite !

  • Marion SPARFEL
    07 . 10 . 2016

    J’adore cet article plus personnel ! On apprends tellement en écoutant son corps et son coeur. Bon courage pour la suite !

    • toutesenbasket
      13 . 10 . 2016

      Merci! C’est notre nouveauté, partager plus de personnel avec vous!
      Des bisous <3

  • chloesirab
    07 . 10 . 2016

    J’ai eu les mêmes ressentis que vous les filles mais j’ai osé les changements de sport!! Et c’est comme ça que je suis venue à la course. J’ai pratiqué la gym en compétition avec beaucoup (trop) d’entraînement jusqu’à en être dégoûtée. Du coup dans la course je recherche juste le plaisir (et un peu la performance à’ car malgré tout je reste une compétitrice et j’ai besoin de me faire un peu mal).
    En tout cas bravo pour le recul que vous êtes capables d’avoir!!

  • lilyrunning
    11 . 10 . 2016

    Joli article, j’espère que tu as retrouvé le plaisir de courir car c’est le plus important :). J’adore vos photos sur la piste mais j’ai bien aimé voir tes footings cet été, le bord de mer et des baskets, tout ce que j’aime!