Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

1 an au Pôle Espoir

Posted on

LE bilan !

Début septembre est synonyme de rentrée… rentrée sportive avec la mise à jour de notre licence athlétique (Si vous n’avez pas encore votre licence à la FFF et que vous hésitez ? jetez un oeil à notre article ici) mais c’est aussi l’heure du bilan. Il y a tout juste un an, je rentrais dans le pôle espoir d’athlétisme d’Eaubonne. Comment cela-se passe t il dans un pôle ? Que s’est-il passé pour moi ? Comment ai-je vécu cette année si intense ? Mes attentes, mes résultats… je vous dit tout !

Pour vous expliquer rapidement et pour ceux qui viennent d’arriver ici, « les pôles Espoir accueillent de jeunes sportifs de haut niveau inscrits sur la liste des sportifs Espoir. Répartis sur l’ensemble du territoire et mis en place par chaque discipline, ils leur permettent de concilier carrière sportive, suivi d’études et insertion professionnelle. Ils proposent un emploi du temps aménagé et des examens établis en fonction des entraînements et des dates de compétitions. » Je vous vois venir: je ne suis pas sur cette liste, je ne suis pas une jeune sportive de haut niveau. Mais j’ai la chance, d’avoir un coach qui m’a donné ma chance dans son groupe de haut level. Je n’ai peut-être pas le talent de ces jeunes pépites, mais tout comme eux je suis passionnée. Et ça rapproche.

Pour rentrer dans un pôle espoir, en plus de votre talent et d’un coach il faut trouver un club qui accepte de vous aider à financer celui-ci. Pour ma part, j’ai la chance d’être soutenue par le Cercle Athlétique Ajaccien et je les remercie encore aujourd’hui pour leur aide si précieuse. Quand tout est signé et votre inscription faites… vous n’avez plus qu’à vous concentrer sur votre job ! S’entrainer en prenant du plaisir ! Si vous n’avez pas de plaisir dans votre pratique oubliez le pôle. Pourquoi ? Vous allez vous dégouter de votre sport. Les entrainements sont intenses, le programme est chargé… en même temps gagner des médailles ne s’apprend pas en restant sur le canapé, ce serait trop simple ! ;) En parallèle des entrainements, vous êtes complètement dans une bulle: votre environnement est fait pour vous et votre réussite. Des médecins, kinésithérapeutes, psychologues… sont mis à votre disposition en plus de votre suivi médical.

Quand je vous parlais d’un programme chargé, il n’y a pas de surentrainements. Tout est calculé. Avant le pôle je m’entrainais 4 fois par semaine. Aujourd’hui c’est 5… et je ne suis pas plus fatiguée qu’après mes 4 entrainements. Je trouve même mon nouveau rythme et mon nouveau programme plus facile à gérer physiquement car plus étalé dans le temps. Tout est progressif, on écoute son corps… si c’est trop, on en parle et on réduit une semaine, on passe voir le kiné pour une récupération par exemple. J’ai donc la chance d’avoir un coach qui est à l’écoute de chaque athlète, pédagogue et passionné. Les trois sont importants pour la réussite d’une année athlétique.

toutes en basket2T2A8923toutes en basket

Je suis donc arrivée il y a un an, après 2 ans de galère et d’arrêt suite à ma fracture. Le rythme a été très compliqué à prendre. J’ai su vite retrouver quelques habitudes et automatismes. Heureusement que le corps n’oublie pas ce qu’il a pu apprendre dans le passé même après une longue pause. J’ai donc travaillé dur durant toute cette année… je n’ai rien lâché (ou presque) il y a eu des moments plus simples que d’autres (les blessures: une déchirure a l’ischio gauche…) mais ce sont les aléas du sport ! C’est mentalement que certains moments ont été plus compliqués à gérer pour moi. Je repartais à zéro ou presque, sans aucun repère. Les premières compétitions, les premiers chronos ont piqué. « Pourquoi tant d’entrainement, de sueur, de souffrance parfois pour ÇA » Mais on revient vite à la réalité… la passion.

Les objectifs que je m’étais fixés ont été validés: retrouver la compétition et faire descendre mes chronos. Mes prochains objectifs ? Maintenant que les bases sont posées, je veux complètement me faire plaisir peu importe les chronos, peu importe les situations. À bientôt 24 ans, faire de la compétition est assez compliquée et plus le temps passe plus cela devient difficile. Je ne sais pas si l’année prochaine ma situation professionnelle me permettra de continuer au même niveau que la saison derniere et cette saison alors: on lâche tout… pour ne rien regretter.

 

Si vous avez la chance de pouvoir rentrer dans un Pole Espoir, prenez-là !
Cela risque de vous changer la vie ou vous allez tout simplement en apprendre beaucoup sur vous…

Enjoy!

Elsa #enBasket
share
11
1 Response
  • Fanny
    06 . 09 . 2017

    Ton article est très intéressant ! Je te souhaite beaucoup de réussite et d’épanouissement dans cette nouvelle année sportive.